Alors que les températures étaient élevées pour la saison vendredi 22 février, la France a exporté un niveau record d’électricité vers l’Italie et l’Espagne.

Une journée faste. Alors que le soleil battait son plein, la France a enregistré un nouveau record quotidien d’exportation d’électricité vendredi dernier après-midi, avec une pointe à 17.415 mégawatts, selon les données de RTE.

Les deux principaux pays destinataires de l’électricité tricolore ont été l’Italie et l’Espagne où les conditions anticycloniques ont freiné la production locale, rapporte « Le Figaro » . Résultat : nos voisins ont préféré acheter la production d’électricité française plutôt que de lancer leurs propres centrales thermiques.

Météo clémente

Les conditions pour exporter sont favorables en France : le parc nucléaire est en bon ordre de fonctionnement – la production a augmenté de 3,7 % en 2018 par rapport à 2017 – et la consommation intérieure est modeste. A l’heure actuelle, les pointes ne dépassent pas 55.000 MW, contre 75.0000 à la même époque l’an dernier, souligne « Le Figaro ».

Cette faible consommation tient avant tout aux températures exceptionnellement élevées pour la saison. Vendredi, le mercure flirtait voire dépassait les 20 degrés dans plusieurs grandes villes françaises pendant l’après-midi. Inutile, dans ces conditions, d’allumer le chauffage.

« Avec la météo printanière de ces derniers jours, nous sommes sur le même rythme de consommation qu’au mois d’avril », insiste Jean-Paul Roubin, le directeur de l’exploitation chez RTE. « Grâce aux interconnexions avec nos voisins, le surplus de production est exporté et permet aux Européens de bénéficier d’une électricité décarbonée au moindre coût. »

La France est redevenue l’an dernier le premier exportateur européen d’électricité, avec 86,3 TWh exportés, contre 26,1 TWh importés. En 2018, la production française d’électricité a atteint 549 TWh, signant sa plus forte augmentation (+3,7 %) depuis dix ans. La consommation s’est élevée à 474 TWh, un chiffre stable pour la sixième année consécutive.

 

Source www.lesechos.fr