L’ARENH (Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique) : EDF étant le 1er producteur d’électricité nucléaire, un dispositif législatif a été mis en place afin de contrer cet avantage par rapport à la concurrence. L’ARENH permet donc aux fournisseurs alternatifs d’acheter une partie de la production nucléaire d’EDF à des prix équivalents.
Instauré par la loi Nome en 2010, EDF a l’obligation de céder ¼ de sa production nucléaire annuelle à un prix régulé (ne peut excéder 100 TWh sur une année ).

Explications

L’ARENH a été imaginé en 2009 par la Commission Champsaur dans le cadre de la libéralisation du marché électrique français. L’ouverture à la concurrence permet, depuis juillet 2007, à tous les consommateurs d’électricité de choisir leur fournisseur. Il a été considéré qu’EDF, en tant qu’exploitant de l’ensemble du parc nucléaire français déjà “amorti”, disposait d’un avantage par rapport à la concurrence.

Pour partager la « rente nucléaire » et assurer une juste concurrence sur le marché de l’électricité, la solution retenue a été de permettre aux fournisseurs alternatifs de racheter à EDF une partie de sa production nucléaire au tarif ARENH. Celui-ci a été fixé en avril 2011 par le gouvernement à 40 euros par MWh entre le 1 juillet et le 31 décembre 2011 et à 42 euros par MWh après le 1 janvier 2012.
Depuis mai 2018, le baseload est supérieur à 42€.

Qui est en accord avec EDF ?

Parmi la liste des fournisseurs ayant signé un accord-cadre avec Électricité de France, se trouvent : Alterna, Axpo AG, Compagnie Nationale du Rhône, Energem, Energie, E.ON Energie, Gazprom MArketing & Trading Limited, GEG Source d’Energies, HUNELEC, LUCIA, Planète OUI, Proxelia SAS, Séolis, SNCF ENergie, Total Gas & Power Limited, UBM, VITALIS, VITOL SA.